Tractatenblad van het Koninkrijk der Nederlanden

Datum publicatieOrganisatieJaargang en nummerRubriekDatum totstandkoming
Ministerie van Buitenlandse ZakenTractatenblad 2005, 333Verdrag

A. TITEL

Protocol betreffende milieubescherming bij het Verdrag inzake Antarctica;

Madrid, 4 oktober 1991

B. TEKST

De Engelse en de Franse tekst van het Protocol, het aanhangsel en de bijlagen I tot en met IV zijn geplaatst in Trb. 1992, 110.

Zie voor een aantal wijzigingen in de Franse tekst Trb. 1994, 222.

Zie voor een aantal correcties in de Engelse tekst Trb. 1998, 176.


Voor de Engelse en de Franse tekst van de op 17 oktober 1991 te Bonn tot stand gekomen Bijlage V zie rubriek J van Trb. 1994, 222.

Zie voor een correctie in de Engelse tekst van Bijlage V rubriek J van Trb. 1998, 176.


De achtentwintigste Antarctische Consultatieve Vergadering (ATCM XXVIII) heeft op 14 juni 2005 te Stockholm, op grond van artikel 9, tweede lid, van het Protocol juncto artikel IX, eerste lid, van het Verdrag inzake Antarctica, Maatregel XXVIII-1(2005) aangenomen. Deze Maatregel behelst een aanvullende bijlage, Bijlage VI, bij het onderhavige Protocol. De Engelse en de Franse tekst1 van Bijlage VI luiden als volgt:

Annex VI to the Protocol on Environmental Protection to the Antarctic Treaty

Liability Arising From Environmental Emergencies

Preamble

The Parties,

Recognising the importance of preventing, minimising and containing the impact of environmental emergencies on the Antarctic environment and dependent and associated ecosystems;

Recalling Article 3 of the Protocol, in particular that activities shall be planned and conducted in the Antarctic Treaty area so as to accord priority to scientific research and to preserve the value of Antarctica as an area for the conduct of such research;

Recalling the obligation in Article 15 of the Protocol to provide for prompt and effective response action to environmental emergencies, and to establish contingency plans for response to incidents with potential adverse effects on the Antarctic environment or dependent and associated ecosystems;

Recalling Article 16 of the Protocol under which the Parties to the Protocol undertook consistent with the objectives of the Protocol for the comprehensive protection of the Antarctic environment and dependent and associated ecosystems to elaborate, in one or more Annexes to the Protocol, rules and procedures relating to liability for damage arising from activities taking place in the Antarctic Treaty area and covered by the Protocol;

Noting further Decision 3 (2001) of the XXIVth Antarctic Treaty Consultative Meeting regarding the elaboration of an Annex on the liability aspects of environmental emergencies, as a step in the establishment of a liability regime in accordance with Article 16 of the Protocol;

Having regard to Article IV of the Antarctic Treaty and Article 8 of the Protocol;

HAVE AGREED as follows:

Article 1 Scope

This Annex shall apply to environmental emergencies in the Antarctic Treaty area which relate to scientific research programmes, tourism and all other governmental and non-governmental activities in the Antarctic Treaty area for which advance notice is required under Article VII(5) of the Antarctic Treaty, including associated logistic support activities. Measures and plans for preventing and responding to such emergencies are also included in this Annex. It shall apply to all tourist vessels that enter the Antarctic Treaty area. It shall also apply to environmental emergencies in the Antarctic Treaty area which relate to other vessels and activities as may be decided in accordance with Article 13.

Article 2 Definitions

For the purposes of this Annex:

  • a) ‘Decision’’ means a Decision adopted pursuant to the Rules of Procedure of Antarctic Treaty Consultative Meetings and referred to in Decision 1 (1995) of the XIXth Antarctic Treaty Consultative Meeting;

  • b) ‘Environmental emergency’’ means any accidental event that has occurred, having taken place after the entry into force of this Annex, and that results in, or imminently threatens to result in, any significant and harmful impact on the Antarctic environment;

  • c) ‘Operator’’ means any natural or juridical person, whether governmental or non-governmental, which organises activities to be carried out in the Antarctic Treaty area. An operator does not include a natural person who is an employee, contractor, subcontractor, or agent of, or who is in the service of, a natural or juridical person, whether governmental or non-governmental, which organises activities to be carried out in the Antarctic Treaty area, and does not include a juridical person that is a contractor or subcontractor acting on behalf of a State operator;

  • d) ‘Operator of the Party’’ means an operator that organises, in that Party’s territory, activities to be carried out in the Antarctic Treaty area, and:

    • (i) those activities are subject to authorisation by that Party for the Antarctic Treaty area; or

    • (ii) in the case of a Party which does not formally authorise activities for the Antarctic Treaty area, those activities are subject to a comparable regulatory process by that Party.

      The terms ‘its operator’’, ‘Party of the operator’’, and ‘Party of that operator’’ shall be interpreted in accordance with this definition;

  • e) ‘Reasonable’’, as applied to preventative measures and response action, means measures or actions which are appropriate, practicable, proportionate and based on the availability of objective criteria and information, including:

    • (i) risks to the Antarctic environment, and the rate of its natural recovery;

    • (ii) risks to human life and safety; and

    • (iii) technological and economic feasibility;

  • f) ‘Response action’’ means reasonable measures taken after an environmental emergency has occurred to avoid, minimise or contain the impact of that environmental emergency, which to that end may include clean-up in appropriate circumstances, and includes determining the extent of that emergency and its impact;

  • g) ‘The Parties’’ means the States for which this Annex has become effective in accordance with Article 9 of the Protocol.

Article 3 Preventative Measures

1. Each Party shall require its operators to undertake reasonable preventative measures that are designed to reduce the risk of environmental emergencies and their potential adverse impact.

2. Preventative measures may include:

  • a) specialised structures or equipment incorporated into the design and construction of facilities and means of transportation;

  • b) specialised procedures incorporated into the operation or maintenance of facilities and means of transportation; and

  • c) specialised training of personnel.

Article 4 Contingency Plans

1. Each Party shall require its operators to:

  • a) establish contingency plans for responses to incidents with potential adverse impacts on the Antarctic environment or dependent and associated ecosystems; and

  • b) co-operate in the formulation and implementation of such contingency plans.

2. Contingency plans shall include, when appropriate, the following components:

  • a) procedures for conducting an assessment of the nature of the incident;

  • b) notification procedures;

  • c) identification and mobilisation of resources;

  • d) response plans;

  • e) training;

  • f) record keeping; and

  • g) demobilisation.

3. Each Party shall establish and implement procedures for immediate notification of, and co-operative responses to, environmental emergencies, and shall promote the use of notification procedures and co-operative response procedures by its operators that cause environmental emergencies.

Article 5 Response Action

1. Each Party shall require each of its operators to take prompt and effective response action to environmental emergencies arising from the activities of that operator.

2. In the event that an operator does not take prompt and effective response action, the Party of that operator and other Parties are encouraged to take such action, including through their agents and operators specifically authorised by them to take such action on their behalf.

3. a) Other Parties wishing to take response action to an environmental emergency pursuant to paragraph 2 above shall notify their intention to the Party of the operator and the Secretariat of the Antarctic Treaty beforehand with a view to the Party of the operator taking response action itself, except where a threat of significant and harmful impact to the Antarctic environment is imminent and it would be reasonable in all the circumstances to take immediate response action, in which case they shall notify the Party of the operator and the Secretariat of the Antarctic Treaty as soon as possible.

  • b) Such other Parties shall not take response action to an environmental emergency pursuant to paragraph 2 above, unless a threat of significant and harmful impact to the Antarctic environment is imminent and it would be reasonable in all the circumstances to take immediate response action, or the Party of the operator has failed within a reasonable time to notify the Secretariat of the Antarctic Treaty that it will take the response action itself, or where that response action has not been taken within a reasonable time after such notification.

  • c) In the case that the Party of the operator takes response action itself, but is willing to be assisted by another Party or Parties, the Party of the operator shall coordinate the response action.

4. However, where it is unclear which, if any, Party is the Party of the operator or it appears that there may be more than one such Party, any Party taking response action shall make best endeavours to consult as appropriate and shall, where practicable, notify the Secretariat of the Antarctic Treaty of the circumstances.

5. Parties taking response action shall consult and coordinate their action with all other Parties taking response action, carrying out activities in the vicinity of the environmental emergency, or otherwise impacted by the environmental emergency, and shall, where practicable, take into account all relevant expert guidance which has been provided by permanent observer delegations to the Antarctic Treaty Consultative Meeting, by other organisations, or by other relevant experts.

Article 6 Liability

1. An operator that fails to take prompt and effective response action to environmental emergencies arising from its activities shall be liable to pay the costs of response action taken by Parties pursuant to Article 5(2) to such Parties.

2. a) When a State operator should have taken prompt and effective response action but did not, and no response action was taken by any Party, the State operator shall be liable to pay the costs of the response action which should have been undertaken, into the fund referred to in Article 12.

  • b) When a non-State operator should have taken prompt and effective response action but did not, and no response action was taken by any Party, the non-State operator shall be liable to pay an amount of money that reflects as much as possible the costs of the response action that should have been taken. Such money is to be paid directly to the fund referred to in Article 12, to the Party of that operator or to the Party that enforces the mechanism referred to in Article 7(3). A Party receiving such money shall make best efforts to make a contribution to the fund referred to in Article 12 which at least equals the money received from the operator.

3. Liability shall be strict.

4. When an environmental emergency arises from the activities of two or more operators, they shall be jointly and severally liable, except that an operator which establishes that only part of the environmental emergency results from its activities shall be liable in respect of that part only.

5. Notwithstanding that a Party is liable under this Article for its failure to provide for prompt and effective response action to environmental emergencies caused by its warships, naval auxiliaries, or other ships or aircraft owned or operated by it and used, for the time being, only on government non-commercial service, nothing in this Annex is intended to affect the sovereign immunity under international law of such warships, naval auxiliaries, or other ships or aircraft.

Article 7 Actions

1. Only a Party that has taken response action pursuant to Article 5(2) may bring an action against a non-State operator for liability pursuant to Article 6(1) and such action may be brought in the courts of not more than one Party where the operator is incorporated or has its principal place of business or his or her habitual place of residence. However, should the operator not be incorporated in a Party or have its principal place of business or his or her habitual place of residence in a Party, the action may be brought in the courts of the Party of the operator within the meaning of Article 2(d). Such actions for compensation shall be brought within three years of the commencement of the response action or within three years of the date on which the Party bringing the action knew or ought reasonably to have known the identity of the operator, whichever is later. In no event shall an action against a non-State operator be commenced later than 15 years after the commencement of the response action.

2. Each Party shall ensure that its courts possess the necessary jurisdiction to entertain actions under paragraph 1 above.

3. Each Party shall ensure that there is a mechanism in place under its domestic law for the enforcement of Article 6(2)(b) with respect to any of its non-State operators within the meaning of Article 2(d), as well as where possible with respect to any non-State operator that is incorporated or has its principal place of business or his or her habitual place of residence in that Party. Each Party shall inform all other Parties of this mechanism in accordance with Article 13(3) of the Protocol. Where there are multiple Parties that are capable of enforcing Article 6(2)(b) against any given non-State operator under this paragraph, such Parties should consult amongst themselves as to which Party should take enforcement action. The mechanism referred to in this paragraph shall not be invoked later than 15 years after the date the Party seeking to invoke the mechanism became aware of the environmental emergency.

4. The liability of a Party as a State operator under Article 6(1) shall be resolved only in accordance with any enquiry procedure which may be established by the Parties, the provisions of Articles 18, 19 and 20 of the Protocol and, as applicable, the Schedule to the Protocol on Arbitration.

5. a) The liability of a Party as a State operator under Article 6(2)(a) shall be resolved only by the Antarctic Treaty Consultative Meeting and, should the question remain unresolved, only in accordance with any enquiry procedure which may be established by the Parties, the provisions of Articles 18, 19 and 20 of the Protocol and, as applicable, the Schedule to the Protocol on Arbitration.

  • b) The costs of the response action which should have been undertaken and was not, to be paid by a State operator into the fund referred to in Article 12, shall be approved by means of a Decision. The Antarctic Treaty Consultative Meeting should seek the advice of the Committee on Environmental Protection as appropriate.

6. Under this Annex, the provisions of Articles 19(4), 19(5), and 20(1) of the Protocol, and, as applicable, the Schedule to the Protocol on Arbitration, are only applicable to liability of a Party as a State operator for compensation for response action that has been undertaken to an environmental emergency or for payment into the fund.

Article 8 Exemptions from Liability

1. An operator shall not be liable pursuant to Article 6 if it proves that the environmental emergency was caused by:

  • a) an act or omission necessary to protect human life or safety;

  • b) an event constituting in the circumstances of Antarctica a natural disaster of an exceptional character, which could not have been reasonably foreseen, either generally or in the particular case, provided all reasonable preventative measures have been taken that are designed to reduce the risk of environmental emergencies and their potential adverse impact;

  • c) an act of terrorism; or

  • d) an act of belligerency against the activities of the operator.

2. A Party, or its agents or operators specifically authorised by it to take such action on its behalf, shall not be liable for an environmental emergency resulting from response action taken by it pursuant to Article 5(2) to the extent that such response action was reasonable in all the circumstances.

Article 9 Limits of Liability

1. The maximum amount for which each operator may be liable under Article 6(1) or Article 6(2), in respect of each environmental emergency, shall be as follows:

  • a) for an environmental emergency arising from an event involving a ship:

    • (i) one million SDR for a ship with a tonnage not exceeding 2,000 tons;

    • (ii) for a ship with a tonnage in excess thereof, the following amount in addition to that referred to in (i) above:

    • – for each ton from 2,001 to 30,000 tons, 400 SDR;

    • – for each ton from 30,001 to 70,000 tons, 300 SDR; and

    • – for each ton in excess of 70,000 tons, 200 SDR;

  • b) for an environmental emergency arising from an event which does not involve a ship, three million SDR.

2. a) Notwithstanding paragraph 1(a) above, this Annex shall not affect:

    • (i) the liability or right to limit liability under any applicable international limitation of liability treaty; or

    • (ii) the application of a reservation made under any such treaty to exclude the application of the limits therein for certain claims;

provided that the applicable limits are at least as high as the following: for a ship with a tonnage not exceeding 2,000 tons, one million SDR; and for a ship with a tonnage in excess thereof, in addition, for a ship with a tonnage between 2,001 and 30,000 tons, 400 SDR for each ton; for a ship with a tonnage from 30,001 to 70,000 tons, 300 SDR for each ton; and for each ton in excess of 70,000 tons, 200 SDR for each ton.

  • b) Nothing in subparagraph (a) above shall affect either the limits of liability set out in paragraph 1(a) above that apply to a Party as a State operator, or the rights and obligations of Parties that are not parties to any such treaty as mentioned above, or the application of Article 7(1) and Article 7(2).

3. Liability shall not be limited if it is proved that the environmental emergency resulted from an act or omission of the operator, committed with the intent to cause such emergency, or recklessly and with knowledge that such emergency would probably result.

4. The Antarctic Treaty Consultative Meeting shall review the limits in paragraphs 1(a) and 1(b) above every three years, or sooner at the request of any Party. Any amendments to these limits, which shall be determined after consultation amongst the Parties and on the basis of advice including scientific and technical advice, shall be made under the procedure set out in Article 13(2).

5. For the purpose of this Article:

  • a) ‘ship’’ means a vessel of any type whatsoever operating in the marine environment and includes hydrofoil boats, air-cushion vehicles, submersibles, floating craft and fixed or floating platforms;

  • b) ‘SDR’’ means the Special Drawing Rights as defined by the International Monetary Fund;

  • c) ship’s tonnage shall be the gross tonnage calculated in accordance with the tonnage measurement rules contained in Annex I of the International Convention on Tonnage Measurement of Ships, 1969.

Article 10 State Liability

A Party shall not be liable for the failure of an operator, other than its State operators, to take response action to the extent that that Party took appropriate measures within its competence, including the adoption of laws and regulations, administrative actions and enforcement measures, to ensure compliance with this Annex.

Article 11 Insurance and Other Financial Security

1. Each Party shall require its operators to maintain adequate insurance or other financial security, such as the guarantee of a bank or similar financial institution, to cover liability under Article 6(1) up to the applicable limits set out in Article 9(1) and Article 9(2).

2. Each Party may require its operators to maintain adequate insurance or other financial security, such as the guarantee of a bank or similar financial institution, to cover liability under Article 6(2) up to the applicable limits set out in Article 9(1) and Article 9(2).

3. Notwithstanding paragraphs 1 and 2 above, a Party may maintain self-insurance in respect of its State operators, including those carrying out activities in the furtherance of scientific research.

Article 12 The Fund

1. The Secretariat of the Antarctic Treaty shall maintain and administer a fund, in accordance with Decisions including terms of reference to be adopted by the Parties, to provide, inter alia, for the reimbursement of the reasonable and justified costs incurred by a Party or Parties in taking response action pursuant to Article 5(2).

2. Any Party or Parties may make a proposal to the Antarctic Treaty Consultative Meeting for reimbursement to be paid from the fund. Such a proposal may be approved by the Antarctic Treaty Consultative Meeting, in which case it shall be approved by way of a Decision. The Antarctic Treaty Consultative Meeting may seek the advice of the Committee of Environmental Protection on such a proposal, as appropriate.

3. Special circumstances and criteria, such as: the fact that the responsible operator was an operator of the Party seeking reimbursement; the identity of the responsible operator remaining unknown or not subject to the provisions of this Annex; the unforeseen failure of the relevant insurance company or financial institution; or an exemption in Article 8 applying, shall be duly taken into account by the Antarctic Treaty Consultative Meeting under paragraph 2 above.

4. Any State or person may make voluntary contributions to the fund.

Article 13 Amendment or Modification

1. This Annex may be amended or modified by a Measure adopted in accordance with Article IX(1) of the Antarctic Treaty.

2. In the case of a Measure pursuant to Article 9(4), and in any other case unless the Measure in question specifies otherwise, the amendment or modification shall be deemed to have been approved, and shall become effective, one year after the close of the Antarctic Treaty Consultative Meeting at which it was adopted, unless one or more Antarctic Treaty Consultative Parties notifies the Depositary, within that time period, that it wishes any extension of that period or that it is unable to approve the Measure.

3. Any amendment or modification of this Annex which becomes effective in accordance with paragraph 1 or 2 above shall thereafter become effective as to any other Party when notice of approval by it has been received by the Depositary.


Annexe VI au Protocole au Traité sur l’Antarctique relatif à la protection de l’environnement

Responsabilité découlant de situations critiques pour l’environnement

Préambule

Les Parties,

Reconnaissant l’importance de prévenir, de réduire au minimum et de contenir l’impact des situations critiques pour l’environnement en Antarctique et les écosystèmes dépendants et associés;

Rappelant l’article 3 du Protocole, en particulier que les activités sont organisées et conduites dans la zone du Traité sur l’Antarctique de façon à accorder la priorité à la recherche scientifique et à préserver la valeur de l’Antarctique en tant que zone consacrée à une telle recherche;

Rappelant également l’obligation à l’article 15 du Protocole de mettre en place des actions rapides et efficaces en réponse à des situations critiques pour l’environnement et d’établir des plans d’urgence pour faire face aux incidents susceptibles d’avoir des effets négatifs sur l’environnement en Antarctique ou les écosystèmes dépendants et associés;

Rappelant en outre l’article 16 du Protocole en vertu duquel les Parties au Protocole se sont engagées, conformément aux objectifs du Protocole en matière de protection globale de l’environnement en Antarctique et des écosystèmes dépendants et associés d’élaborer, dans une ou plusieurs annexes au Protocole, des règles et procédures relatives à la responsabilité pour les dommages résultant d’activités se déroulant dans la zone du Traité sur l’Antarctique et couvertes par le Protocole;

Notant la Décision 3 (2001) de la XXIVe Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique sur l’élaboration d’une annexe relative aux aspects de responsabilité des situations critiques pour l’environnement comme étant une étape vers l’instauration d’un régime de responsabilité et ce, conformément à l’article 16 du Protocole; et

Eu égard à l’article IV du Traité sur l’Antarctique et à l’article 8 du Protocole;

SONT convenues de ce qui suit:

Article 1 Champ d’application

La présente Annexe s’applique aux situations critiques pour l’environnement dans la zone du Traité sur l’Antarctique, qui ont trait à des programmes de recherche scientifique, au tourisme et à toutes autres activités gouvernementales et non gouvernementales dans la zone du Traité sur l’Antarctique pour lesquelles une notification préalable est requise en vertu du paragraphe 5 de l’article VII du Traité sur l’Antarctique, y compris les activités connexes de soutien logistique. Les mesures et plans nécessaires pour prévenir de telles situations critiques et pour y répondre sont également inclues dans la présente annexe. Cette dernière s’appliquera à tous les navires de tourisme entrant dans la zone du Traité sur l’Antarctique. Elle s’appliquera également aux situations critiques pour l’environnement dans la zone du Traité sur l’Antarctique qui ont trait à d’autres navires et activités en fonction de la décision qui serait prise conformément à l’article 13.

Article 2 Définitions

Aux fins de la présente Annexe:

  • a) Par «Décision», on entend une Décision adoptée conformément au Règlement intérieur des réunions consultatives du Traité sur l’Antarctique et mentionnée dans la Décision 1 (1995) de la XIXe Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique;

  • b) Par «situation critique pour l’environnement», on entend tous les événements accidentels qui se sont produits après l’entrée en vigueur de la présente annexe et qui se traduisent par ou menacent de se traduire de manière imminente par un impact significatif et nuisible sur l’environnement en Antarctique;

  • c) Par «opérateur», on entend une personne physique ou morale, qu’elle soit gouvernementale ou non gouvernementale, qui organise des activités devant être conduites dans la zone du Traité sur l’Antarctique. Un opérateur n’inclut pas une personne physique qui est un employé, un entrepreneur, un sous-traitant ou un agent, ou qui est au service d’une personne physique ou morale, gouvernementale ou non gouvernementale, qui organise des activités devant être conduites dans la zone du Traité sur l’Antarctique, et n’inclut pas une personne morale qui est un entrepreneur ou un sous-traitant agissant au nom d’un opérateur gouvernemental;

  • d) Par «opérateur de la Partie», on entend un opérateur qui organise, sur le territoire de cette Partie, des activités devant être conduites dans la zone du Traité sur l’Antarctique, et

    • i) ces activités sont sujettes à l’autorisation par cette Partie pour la zone du Traité sur l’Antarctique; ou

    • ii) dans le cas d’une Partie qui n’autorise pas formellement des activités pour la zone du Traité sur l’Antarctique, ces activités sont sujettes à une procédure réglementaire comparable de cette Partie.

      Les termes et expressions «son opérateur», «la Partie de l’opérateur» et «la Partie de cet opérateur» seront interprétés en conformité avec cette définition.

  • e) Par «raisonnable», lorsque ce terme est appliqué aux mesures de prévention et aux actions en cas d’urgence, on entend les mesures ou actions qui sont appropriées, possibles, proportionnées et fondées sur la disponibilité de critères objectifs et d’informations, y compris:

    • i) les risques pour l’environnement en Antarctique et le taux de sa résilience;

    • ii) les risques pour la vie et la sécurité humaines; et

    • iii) la faisabilité économique et technologique.

  • f) Par «actions en cas d’urgence», on entend des mesures raisonnables prises après qu’une situation critique pour l’environnement se soit produite pour éviter, réduire au minimum ou contenir l’impact de cette situation critique pour l’environnement qui, à cette fin, peuvent inclure des opérations de nettoyage dans des circonstances appropriées, et notamment la détermination de la gravité de cette situation critique et de son impact;

  • g) Par «Parties», on entend les Etats pour lesquels la présente annexe a pris effet conformément à l’article 9 du Protocole.

Article 3 Mesures de prévention

1. Chaque Partie exige de ses opérateurs qu’ils prennent des mesures de prévention raisonnables dans le but de réduire le risque que surviennent des situations critiques pour l’environnement et leur impact négatif potentiel.

2. Au nombre des mesures de prévention peuvent figurer :

  • a) des structures ou du matériel spécialisés qui sont incorporés dans la conception et la construction d’infrastructures et de moyens de transport;

  • b) des procédures spécialisées qui sont incorporées dans le fonctionnement ou l’entretien d’infrastructures et de moyens de transport; et

  • c) une formation spécialisée du personnel.

Article 4 Plans d’urgence

1. Chaque Partie exige de ses opérateurs qu’ils:

  • a) établissent des plans d’urgence pour faire face aux incidents susceptibles d’avoir des effets négatifs sur l’environnement en Antarctique ou sur les écosystèmes dépendants et associés; et

  • b) coopèrent pour élaborer et mettre en œuvre ces plans.

2. Les plans d’urgence comprennent, selon que de besoin, les éléments suivants:

  • a) procédures pour faire une évaluation de la nature de l’incident;

  • b) procédures de notification;

  • c) identification et mobilisation de ressources;

  • d) plans d’intervention;

  • e) formation;

  • f) tenue à jour des dossiers; et

  • g) démobilisation.

3. Chaque Partie établit et applique des procédures en vue d’une notification immédiate et d’une action en coopération en cas de situation critique pour l’environnement, et elle encourage l’utilisation de ces procédures par ses opérateurs qui causent des situations critiques pour l’environnement.

Article 5 Actions en cas d’urgence

1. Chaque Partie exige de chacun de ses opérateurs qu’il prenne des actions rapides et efficaces en réponse aux situations critiques pour l’environnement qui pourraient résulter des activités de cet opérateur.

2. Dans les cas où un opérateur ne prend pas des actions rapides et efficaces, la Partie de cet opérateur et d’autres Parties sont encouragées à prendre de telles actions, y compris par le truchement de leurs agents et opérateurs qu’elles ont spécifiquement autorisés à les prendre en leur nom.

3. a) D’autres Parties souhaitant prendre des actions en réponse à une situation critique pour l’environnement en application du paragraphe 2 ci-dessus notifient au préalable leur intention de le faire à la Partie de l’opérateur et au secrétariat du Traité sur l’Antarctique afin que la Partie de l’opérateur prenne elle-même des actions, sauf lorsqu’une menace d’impact significatif et nuisible pour l’environnement en Antarctique est imminente et qu’il serait raisonnable dans toutes les circonstances de prendre immédiatement de telles actions, cas dans lequel elles notifient aussi rapidement que possible la Partie de l’opérateur et le secrétariat du Traité sur l’Antarctique;

  • b) Ces autres Parties ne prennent pas d’actions en réponse à une situation critique pour l’environnement en application du paragraphe 2 ci-dessus sauf lorsqu’une menace d’impact significatif et nuisible pour l’environnement en Antarctique est imminente et qu’il serait raisonnable dans toutes les circonstances de prendre immédiatement de telles actions ou sauf lorsque la Partie de l’opérateur n’a pas, dans un délai raisonnable, notifié au secrétariat du Traité sur l’Antarctique qu’elle prendra elle-même de telles actions ou lorsque ces actions n’ont pas été prises dans un délai raisonnable après une telle notification;

  • c) Dans le cas où la Partie de l’opérateur prend elle-même des actions en cas d’urgence mais est prête à être aidée par une autre Partie ou d’autres Parties, la Partie de l’opérateur coordonnera ces actions.

4. Toutefois, lorsqu’on ne sait pas exactement quelle est la Partie éventuelle qui est la Partie de l’opérateur ou lorsqu’il semble qu’il peut y avoir plus d’une de ces Parties, toute Partie prenant des actions en cas d’urgence fera de son mieux pour se livrer, s’il y a lieu, à des consultations et elle informera autant que possible le secrétariat du Traité sur l’Antarctique de la situation.

5. Les Parties qui prennent des actions en cas d’urgence consultent et coordonnent leurs actions avec toutes les autres Parties prenant de telles actions, se livrant à des activités à proximité de la situation critique pour l’environnement ou touchées par la situation critique pour l’environnement et, autant que possible, elles tiennent compte de tous les avis d’experts qui ont été donnés par les délégations d’observateurs permanents aux Réunions consultatives du Traité sur l’Antarctique, par d’autres organisations ou par d’autres experts compétents.

Article 6 Responsabilité

1. Un opérateur qui ne prend pas des actions rapides et efficaces en réponse aux situations critiques pour l’environnement résultant de ses activités est tenu, en vertu du paragraphe 2 de l’article 5, de payer les coûts de ces actions qu’auraient prises des Parties à celles-ci.

2. a) Lorsqu’un opérateur gouvernemental aurait dû prendre des mesures en vue de réagir de manière rapide et efficace mais ne l’a pas fait et lorsqu’aucune Partie n’a pris de mesure d’urgence, l’opérateur gouvernemental est tenu de payer au Fonds auquel il est fait référence à l’article 12 les coûts des mesures qui auraient dû être prises;

  • b) Lorsqu’un opérateur non gouvernemental aurait dû prendre des actions rapides et efficaces mais ne l’a pas fait et lorsqu’aucune Partie n’a pris une telle action, l’opérateur non gouvernemental est tenu de payer une somme d’argent qui reflète dans toute la mesure du possible les coûts des actions qui auraient dû être prises. Cette somme doit être payée soit directement au Fonds auquel il est fait référence à l’article 12, soit à la Partie de cet opérateur, soit encore à la Partie qui applique le mécanisme dont il est fait mention au paragraphe 3 de l’article 7. Une Partie recevant cette somme fait de son mieux pour verser une contribution au Fonds auquel il est fait référence à l’article 12, qui est au moins égale à la somme d’argent reçue de l’opérateur.

3. La responsabilité est absolue.

4. Lorsqu’une situation critique pour l’environnement résulte des activités de deux ou plusieurs opérateurs, ceux-ci en assument la responsabilité conjointe et solidaire mais un opérateur qui établit qu’une partie seulement de cette situation résulte de ses activités sera considéré responsable pour cette partie uniquement.

5. Bien qu’une Partie soit responsable en vertu de cet article de ne pas avoir pris des actions rapides et efficaces en réponse à des situations critiques pour l’environnement causées par ses navires de guerre, navires de guerre auxiliaires ou d’autres navires ou aéronefs appartenant à cet Etat ou exploités par lui pour le moment uniquement à des fins gouvernementales non commerciales, aucune des dispositions de la présente annexe n’a pour objet d’affecter en vertu du droit international l’immunité souveraine de ses navires de guerre, navires de guerre auxiliaires ou d’autres navires ou aéronefs.

Article 7 Recours

1. Seule une Partie qui, en vertu du paragraphe 2 de l’article 5, a pris des actions en cas d’urgence peut, en vertu du paragraphe 1 de l’article 6, intenter un recours en indemnisation contre un opérateur non gouvernemental et ce recours peut être porté devant les tribunaux d’une seule Partie où l’opérateur s’est constitué en société ou a ses principaux bureaux ou son lieu habituel de résidence. Toutefois, au cas où l’opérateur ne s’est pas constitué en société dans une Partie ou a ses principaux bureaux ou son lieu de résidence sur le territoire de cette Partie, le recours peut être porté devant les tribunaux de la Partie de l’opérateur au sens du paragraphe d) de l’article 2. De tels recours en indemnisation sont présentés dans les trois ans qui suivent la date à laquelle a commencé l’action en cas d’urgence pour réagir à la situation critique ou dans les trois ans qui suivent la date à laquelle la Partie qui intente ce recours connaissait ou aurait raisonnablement dû connaître l’identité de l’opérateur, des deux dates la dernière. Un recours contre un opérateur non gouvernemental ne pourra en aucun cas être intenté plus de 15 ans après le début de l’action prise en cas d’urgence.

2. Chaque Partie veille à ce que ses tribunaux possèdent la compétence nécessaire pour accepter des recours en application du paragraphe 1 ci-dessus.

3. Chaque Partie veille à ce que soit en place un mécanisme relevant de sa législation nationale pour l’application de l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 6 à chacun de ses opérateurs non gouvernementaux au sens du paragraphe d) de l’article 2 ainsi que, dans la mesure du possible, à tout opérateur non gouvernemental qui s’est constitué en société, ou a ses principaux bureaux ou son lieu habituel de résidence sur le territoire de cette Partie. Chaque Partie informe toutes les Parties de ce mécanisme en vertu du paragraphe 3 de l’article 13 du Protocole. Lorsque plusieurs Parties ont la possibilité de faire appliquer l’alinéa b) du paragraphe 2 de l’article 6 à un opérateur non gouvernemental donné au titre du présent paragraphe, ces Parties doivent se consulter sur la question de savoir laquelle des Parties doit prendre des mesures d’exécution. Le mécanisme dont il est fait mention dans le présent paragraphe ne sera pas invoqué plus de 15 ans après la date à laquelle la Partie cherchant à invoquer ce mécanisme a pris connaissance de la situation critique pour l’environnement.

4. La responsabilité d’une Partie en tant qu’opérateur gouvernemental en vertu du paragraphe 1 de l’article 6 n’est établie que conformément à toute procédure d’enquête qui peut être arrêtée par les Parties, aux dispositions des articles 18, 19 et 20 du Protocole et, s’il y a lieu, à l’appendice au Protocole sur l’arbitrage.

5. a) La responsabilité d’une Partie en tant qu’opérateur gouvernemental en vertu de l’alinéa a) du paragraphe 2 de l’article 6 n’est établie que par la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique et, si la question devait demeurer non résolue, que conformément à la procédure d’enquête qui peut être mise en place par les Parties, aux dispositions des articles 18, 19 et 20 du Protocole et, s’il y a lieu, à l’appendice au Protocole sur l’arbitrage;

  • b) Les coûts des actions rapides et efficaces qui aurait dû être prises et ne l’ont pas été et qui doivent être payées par un opérateur gouvernemental au Fonds auquel il est fait référence à l’article 12, sont approuvés au moyen d’une Décision. La Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique demandera, en tant que besoin, l’avis du Comité pour la protection de l’environnement.

6. Au titre de la présente annexe, les dispositions des paragraphes 4 et 5 de l’article 19 et du paragraphe 1 de l’article 20 du Protocole et, s’il y a lieu, l’appendice au Protocole sur l’arbitrage, ne s’appliquent qu’à la responsabilité d’une Partie en tant qu’opérateur gouvernemental pour l’indemnisation des actions d’urgence qui ont été prises en réponse à une situation critique pour l’environnement ou pour paiement au Fonds.

Article 8 Exonérations de responsabilité

1. Un opérateur n’est pas tenu pour responsable en vertu de l’article 6 s’il prouve que la situation critique pour l’environnement est le fait :

  • a) d’un acte ou d’une omission nécessaire pour protéger la vie ou la sécurité humaines; ou

  • b) d’un événement constituant dans les circonstances de l’Antarctique une catastrophe naturelle de caractère exceptionnel, qui n’aurait pas pu être raisonnablement prévue, que ce soit en général ou dans le cas particulier, sous réserve que toutes les mesures de prévention raisonnables ont été prises afin de réduire le risque de situations critiques pour l’environnement et leur impact négatif potentiel;

  • c) d’un acte de terrorisme; ou

  • d) d’un acte de belligérance contre les activités de l’opérateur.

2. Une Partie ou ses agents ou opérateurs qu’elle a spécifiquement autorisés à prendre de telles actions en son nom, ne sont pas tenus responsables d’une situation critique pour l’environnement résultant d’actions prises en cas d’urgence en vertu de l’article 2 du paragraphe 5 dans la mesure où ces actions ont été raisonnables dans toutes les circonstances.

Article 9 Plafonds de responsabilité

1. Le montant maximum pour lequel chaque opérateur peut être tenu responsable en vertu du paragraphe 1 ou du paragraphe 2 de l’article 6 dans le cas de chacune des situations critiques pour l’environnement, est le suivant:

  • a) dans le cas d’une situation critique pour l’environnement résultant d’un événement qui fait intervenir un navire,

    • i) un million de DTS pour un navire dont la jauge ne dépasse pas 2 000 tonneaux;

    • ii) pour un navire d’un jaugeage plus élevé, le montant suivant qui s’ajoute à celui qui est mentionné au i) ci-dessus :

    • – pour chaque tonneau de 2 001 à 30 000 tonneaux, 400 DTS;

    • – pour chaque tonneau de 30 001 à 70 000 tonneaux, 300 DTS; et

    • – pour chaque tonneau en sus de 70 000 tonneaux, 200 DTS;

  • b) dans le cas d’une situation critique pour l’environnement résultant d’un événement qui ne fait pas intervenir un navire, trois millions de DTS.

2. a) Nonobstant l’alinéa a) du paragraphe 1 ci-dessus, la présente annexe n’affectera pas:

    • i) la responsabilité ou le droit de limiter la responsabilité en vertu d’un des traités internationaux applicables en matière de limitation de la responsabilité; ou

    • ii) la mise en oeuvre d’une réserve émise en vertu d’un tel traité pour exclure l’application des plafonds dans le cas de certaines demandes;

      sous réserve que les plafonds applicables soient au moins aussi élevés que les suivants:

      pour un navire d’un jaugeage ne dépassant pas 2 000 tonneaux, un million de DTS; et, pour un navire d’un jaugeage supérieur au précédent, en plus, pour un navire d’un jaugeage allant de 2 001 à 30 000 tonneaux, 400 DTS pour chaque tonneau; pour un navire d’un jaugeage allant de 30 001 à 70 000 tonneaux, 300 DTS pour chaque tonneau; et, pour chaque tonneau dépassant 70 000 tonneaux, 200 DTS;

  • b) Aucune des dispositions de l’alinéa a) ci-dessus n’influera soit sur les plafonds de responsabilité fixés à l’alinéa a) du paragraphe 1 ci-dessus qui s’applique à une Partie en tant qu’opérateur gouvernemental soit sur les droits et obligations des Parties qui ne sont pas parties à l’un des traités susmentionnés, ou sur l’application des paragraphes 1 et 2 de l’article 7.

3. La responsabilité ne sera pas limitée s’il est prouvé que la situation critique pour l’environnement résulte d’un fait ou d’une omission de l’opérateur, commis délibérément avec l’intention de causer une telle situation, ou témérairement et avec la conscience qu’une telle situation critique résulterait probablement.

4. La Réunion consultative au Traité sur l’Antarctique revoit tous les trois ans ou plus tôt à la demande d’une Partie, les plafonds visés aux alinéas a) et b) du paragraphe 1 ci-dessus. Toutes les modifications apportées à ces plafonds, qui seront arrêtées après consultation entre les Parties et sur la base d’avis, y compris d’avis scientifiques et techniques, le seront en application de la procédure décrite au paragraphe 2) de l’article 13.

5. Aux fins du présent article:

  • a) le terme «navire» désigne tout bâtiment opérant en milieu marin et englobe les hydroptères, aéroglisseurs, engins submersibles, engins flottants et plates-formes fixes et flottantes;

  • b) le terme «DTS» désigne le droit de tirage spécial tel qu’il est défini par le Fonds monétaire international;

  • c) le tonnage d’un navire est le tonnage brut calculé sur la base des règles de jaugeage contenues dans l’annexe I de la Convention internationale de 1969 sur le jaugeage des navires.

Article 10 Responsabilité de l’Etat

Une Partie n’est pas tenue pour responsable si un opérateur, autre que ses opérateurs gouvernementaux, ne prend pas d’action en cas d’urgence dans la mesure où cette Partie a pris des mesures appropriées qui sont du ressort de sa compétence, y compris l’adoption de lois et règlements, des actions administratives et des mesures d’exécution, pour garantir le respect de la présente annexe.

Article 11 Assurance et autre sécurité financière

1. Chaque Partie exige de ses opérateurs qu’ils aient une couverture d’assurance ou une autre sécurité financière adéquate comme la garantie d’une banque ou d’une institution financière similaire, pour couvrir la responsabilité en vertu du paragraphe 1 de l’article 6 à concurrence des plafonds auxquels il est fait référence aux paragraphes 1 et 2 de l’article 9.

2. Chaque Partie peut exiger de ses opérateurs qu’ils aient une assurance ou une autre sécurité financière adéquate comme la garantie d’une banque ou d’une institution financière similaire, pour couvrir la responsabilité en vertu du paragraphe 2 de l’article 6 à concurrence des plafonds auxquels il est fait référence aux paragraphes 1 et 2 de l’article 9.

3. Nonobstant les paragraphes 1 et 2 ci-dessus, une Partie peut s’assurer elle-même pour couvrir ses opérateurs gouvernementaux, y compris ceux qui se livrent à des activités dont l’objet est de promouvoir la recherche scientifique.

Article 12 Le Fonds

1. Le secrétariat du Traité sur l’Antarctique gère et administre un fonds en conformité avec les Décisions, y compris les dispositions qu’auront adoptées les Parties et ce, afin d’assurerinter alia le remboursement des coûts raisonnables et justifiés encourus par une ou plusieurs des Parties lorsqu’elles prennent des actions en cas d’urgence conformément au paragraphe 2 de l’article 5.

2. Une ou plusieurs Parties peuvent faire, à la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique, une proposition de remboursement à payer sur le Fonds. Une telle proposition peut être approuvée par la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique; dans ce cas là, elle le sera au moyen d’une Décision. La Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique peut, s’il y a lieu, demander l’avis du Comité pour la protection de l’environnement sur cette proposition.

3. En vertu du paragraphe 2 ci-dessus, la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique prend dûment en considération des circonstances et critères particuliers comme: l’opérateur responsable était un opérateur de la Partie demandant le remboursement; l’identité de l’opérateur responsable demeurait inconnue ou n’était pas sujette aux dispositions de la présente annexe; il y avait défaut de paiement imprévu de la compagnie d’assurance ou de l’institution financière appropriée; ou il y avait une exonération prévue à l’article 8.

4. Tout Etat ou toute personne peut faire des contributions volontaires au Fonds.

Article 13 Amendement ou modification

1. La présente annexe peut être amendée ou modifiée par une Mesure adoptée conformément au paragraphe 1 de l’Article IX du Traité sur l’Antarctique.

2. Dans le cas d’une mesure relevant du paragraphe 4 de l’article 9 et dans tout autre cas, à moins que la mesure en question n’en dispose autrement, l’amendement ou la modification est considéré comme approuvé et prend effet un an après la clôture de la Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique au cours de laquelle il a été adopté, à moins qu’une ou plusieurs Parties consultatives au Traité sur l’Antarctique ne notifient au Dépositaire durant cette période qu’elles souhaitent une extension de cette période ou qu’elles ne peuvent approuver la mesure en question.

3. Tout amendement ou toute modification de la présente annexe qui prend effet conformément au paragraphe 1 ou 2 ci-dessus prend ensuite effet à l’égard de toute autre Partie à la date de réception par le Dépositaire de la notification d’approbation par celle-ci.


C. VERTALING

Zie Trb. 1992, 110.


Zie voor de vertaling van bijlage V Trb. 1992, 1101.

D. PARLEMENT

Zie Trb. 1994, 222.


Bijlage VI behoeft ingevolge artikel 91 van de Grondwet de goedkeuring van de Staten-Generaal, alvorens het Koninkrijk aan de bijlage kan worden gebonden.

E. PARTIJGEGEVENS

Protocol

Zie Trb. 1994, 222 en rubriek F van Trb. 1998, 176.

PartijOndertekeningRatificatieType1)InwerkingOpzeggingBuitenwerking
Argentinië04-10-9128-10-93R14-01-98  
Australië04-10-9106-04-94R14-01-98  
België04-10-9126-04-96R14-01-98  
Brazilië04-10-9115-08-95R14-01-98  
Bulgarije 21-04-98T21-05-98  
Canada04-10-9113-11-03R13-12-03  
Chili04-10-9111-01-95R14-01-98  
China04-10-9102-08-94R14-01-98  
Colombia04-10-91     
Denemarken02-07-92     
Duitsland04-10-9125-11-94R14-01-98  
Ecuador04-10-9104-01-93R14-01-98  
Finland04-10-9101-11-96R14-01-98  
Frankrijk04-10-9105-02-93R14-01-98  
Griekenland04-10-9123-05-95R14-01-98  
Hongarije04-10-91     
India02-07-9226-04-96R14-01-98  
Italië04-10-9131-03-95R14-01-98  
Japan29-09-9215-12-97R14-01-98  
Nederlanden, het Koninkrijk der (voor Nederland)04-10-91  14-04-94  R  14-01-98  
(voor de Nederlandse Antillen) 27-10-04R26-11-04  
Nieuw-Zeeland04-10-9122-12-94R14-01-98  
Noord-Korea04-10-91     
Noorwegen04-10-9116-06-93R14-01-98  
Oekraïne 25-05-01T24-06-01  
Oostenrijk04-10-91     
Peru04-10-9108-03-93R14-01-98  
Polen04-10-9101-11-95R14-01-98  
Roemenië04-10-91     
Russische Federatie04-10-9106-08-97R14-01-98  
Slowakije01-01-93     
Spanje04-10-9101-07-92R14-01-98  
Tsjechië01-01-9325-08-04R24-09-04  
Uruguay04-10-9111-01-95R14-01-98  
Verenigd Koninkrijk, het04-10-9125-04-95R14-01-98  
Verenigde Staten van Amerika, de04-10-9117-04-97R14-01-98  
Zuid-Afrika04-10-9103-08-95R14-01-98  
Zuid-Korea02-07-9202-01-96R14-01-98  
Zweden04-10-9130-03-94R14-01-98  
Zwitserland04-10-91     

1) NB=Niet bekend, DO=Definitieve ondertekening, R=Ratificatie, aanvaarding, goedkeuring of kennisgeving, T=Toetreding, VG=Voortgezette gebondenheid

Verklaringen, voorbehouden en bezwaren

Argentinië, 28 oktober 1993

The Argentine Republic declares that in as much as the Protocol to the Antarctic Treaty on the Protection of the Environment is a Complementary Agreement of the Antarctic Treaty and that its Article 4 fully respects what has been stated in Article IV, Subsection 1, Paragraph A) of said Treaty, none of its stipulations should be interpreted or be applied as affecting its rights, based on legal titles, acts of possession, contiguity and geological continuity in the region South of parallel 60, in which it has proclaimed and maintained its sovereignity.

Nederlanden, het Koninkrijk der, 14 april 1994 en 27 oktober 2004

The Kingdom of the Netherlands chooses both means for the settlement of disputes mentioned in Article 19, paragraph 1, of the Protocol, i.e. the International Court of Justice and the Arbitral Tribunal.

Tsjechië, 25 augustus 2004

The Czech Republic accepts the jurisdiction of the International Court of Justice and of the Arbitral Tribunal under Article 19, paragraph 1, of the Protocol om Environmental Protection to the Antarctic Treaty, done at Madrid on October 4, 1991.

Bijlage V

Aanvaarding van Aanbeveling XVI-10, die bijlage V behelst, is voor Consultatieve Partijen bij het Verdrag van Antarctica voorzien in artikel IX, vierde lid, van het Verdrag inzake Antarctica. Voor Verdragsluitende Partijen bij het Verdrag van Antarctica die geen consultatieve status hebben is aanvaarding voorzien in artikel 9, vierde lid, van het Protocol.

PartijOnder-tekeningRatificatieType1)InwerkingOpzeggingBuitenwerking
Argentinië 04-08-95R24-05-02  
Australië 07-06-95R24-05-02  
België 23-10-00R24-05-02  
Brazilië 20-05-98R24-05-02  
Bulgarije 05-05-99R24-05-02  
Chili 25-03-98R24-05-02  
China 26-01-95R24-05-02  
Duitsland 01-09-98R24-05-02  
Ecuador 15-11-01 24-05-02  
Finland 02-04-97R24-05-02  
Frankrijk 26-04-95R24-05-02  
India 24-05-02R24-05-02  
Italië 11-02-98R24-05-02  
Japan 15-12-97R24-05-02  
Nederlanden, het Koninkrijk der (voor Nederland) 18-03-98R24-05-02  
Nieuw-Zeeland 21-10-92R24-05-02  
Noord-Korea      
Noorwegen 13-10-93R24-05-02  
Peru 17-03-99R24-05-02  
Polen 20-09-95R24-05-02  
Roemenië 03-02-03R05-03-03  
Russische Federatie 19-06-01R24-05-02  
Spanje 18-02-00R24-05-02  
Uruguay 15-05-95R24-05-02  
Verenigd Koninkrijk, het 21-05-96R24-05-02  
Verenigde Staten van Amerika, de 06-05-98R24-05-02  
Zuid-Afrika 14-06-95R24-05-02  
Zuid-Korea 05-06-96R24-05-02  
Zweden 07-04-94R24-05-02  

1) NB=Niet bekend, DO=Definitieve ondertekening, R=Ratificatie, aanvaarding, goedkeuring of kennisgeving, T=Toetreding, VG=Voortgezette gebondenheid

Bijlage VI

Aanvaarding van Maatregel XXVIII-1, die bijlage VI behelst, is voor Consultatieve Partijen bij het Verdrag van Antarctica voorzien in artikel IX, vierde lid, van het Verdrag inzake Antarctica. Voor Verdragsluitende Partijen bij het Verdrag inzake Antarctica die geen consultatieve status hebben is aanvaarding voorzien in artikel 9, vierde lid, van het Protocol.

G. INWERKINGTREDING

Zie Trb. 1998, 176.

De bepalingen van het Protocol, het aanhangsel en de bijlagen I tot en met IV zijn voor de Nederlandse Antillen ingevolge artikel 23, tweede lid, op 26 november 2004 in werking getreden.


De bepalingen van Bijlage V zijn ingevolge artikel 9, tweede lid, van het Protocol juncto artikel IX, vierde lid, van het Verdrag inzake Antarctica op 24 mei 2002 in werking getreden.

De bepalingen van Bijlage V zijn ingevolge dezelfde artikelen op 24 mei 2002 voor het Koninkrijk der Nederlanden in werking getreden.

Wat het Koninkrijk der Nederlanden betreft, geldt bijlage V alleen voor Nederland.

Voor elke Verdragsluitende Partij bij het Verdrag inzake Antarctica die geen Consultatieve Partij bij het Verdrag inzake Antarctica was op 17 oktober 1991, treedt bijlage V ingevolge artikel 9, vierde lid, van het Protocol na 24 mei 2002 in werking wanneer de Depositaris mededeling van goedkeuring heeft ontvangen van die Verdragsluitende Partij.


De bepalingen van bijlage VI zullen ingevolge artikel 9, tweede lid, van het Protocol juncto artikel IX, vierde lid, van het Verdrag inzake Antarctica in werking treden zodra Maatregel XXVIII-1(2005) is goedgekeurd door alle Verdragsluitende Partijen welker vertegenwoordigers het recht hadden deel te nemen aan de achtentwintigste Antarctische Consultatieve Vergadering (ATCM XXVIII).

J. VERWIJZINGEN

Voor verwijzingen en andere verdragsgegevens zie Trb. 1992, 110, Trb. 1994, 222 en Trb. 1998, 176.

Verbanden

Titel:Verdrag inzake Antarctica; Washington, 1 december 1959
Laatste Trb. :Trb. 2005, 332.
   
   
Verwijzingen
   
Titel:Statuut van het Internationaal Gerechtshof; San Francisco, 26 juni 1945;
Tekst:Trb. 1971, 55 (Engels en Frans) en
 :Trb. 1987, 114 (herziene vertaling)
Laatste Trb. :Trb. 1997, 106
   
Titel:Handvest van de Verenigde Naties; San Francisco, 26 juni 1945
Laatste Trb. :Trb. 2004, 240
   
Titel:Internationaal Verdrag ter voorkoming van verontreiniging door schepen, 1973, zoals gewijzigd door het Protocol van 1978; Londen, 2 november 1973
Laatste Trb. :Trb. 2005, 75
   
Titel:Protocol van 1978 bij het Internationaal Verdrag ter voorkoming van verontreiniging door schepen, 1973; Londen, 17 februari 1978
Laatste Trb. :Trb. 2005, 29
   
Titel:Verdrag nopens de Internationale Maritieme Organisatie; Genève, 6 maart 1948
Laatste Trb. :Trb. 2002, 76
Titel:Verdrag inzake de instandhouding van de levende rijkdommen in de Antarctische wateren; Canberra, 20 mei 1980
Tekst:Trb. 1985, 78 (Engels, Frans en vertaling)
Laatste :Trb. 1990, 73
   
Verwijzingen van bijlage VI
   
Titel:Overeenkomst betreffende het Internationale Monetaire Fonds; Washington, 27 december 1945
Tekst:Trb. 1946, 278 (Engels en vertaling)
Laatste Trb. :Trb. 1998, 72
   
Titel:Internationaal Verdrag betreffende de meting van schepen, 1969; Londen, 23 juni 1969
Tekst:Trb. 1970, 122 (Engels en Frans) Trb. 1970, 194 (vertaling)
Laatste Trb. :Trb. 1996, 222

Uitgegeven de drieëntwintigste december 2005

De Minister van Buitenlandse Zaken,

 B. R. BOT


XNoot
1

De Russische en de Spaanse tekst zijn niet afgedrukt.

XNoot
1

In dat Tractatenblad is ten onrechte de vertaling van bijlage V opgenomen als onderdeel van het op 4 oktober 1991 te Madrid tot stand gekomen Protocol met aanhangsel en bijlagen 1 t/m IV. Bijlage V is met het aannemen van Aanbeveling XVI-10 op 17 oktober 1991 te Bonn tot stand gekomen.